Manofmusic Index du Forum

Manofmusic
Espace consacré à David Bowie et à la Culture sous toutes ses formes

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

"L'Homme au cent visages ou le fantôme d'Hérouville"

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Manofmusic Index du Forum -> David Bowie -> J'ai entendu un truc sur David Bowie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nightflight
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 1 388

MessagePosté le: Jeu 7 Jan - 17:41 (2016)    Sujet du message: "L'Homme au cent visages ou le fantôme d'Hérouville" Répondre en citant






David Bowie: l'homme aux cent visages ou le Fantôme d'Hérouville

De Christophe Conte et Gaëtan Chataigner
Diffusion France 4


Par Enrique Seknadje.


Le documentaire réalisé par Christophe Conte, journaliste aux Inrockuptibles, et par Gatëan Chataigner, musicien et réalisateur, dresse de façon assez classique le portrait de la carrière du
« généraliste » protéiforme David Bowie, qui s'apprête à sortir une nouvelle pépite musicale - Blackstar - le 8 janvier 2016, date à laquelle il fêtera ses 69 ans. L'Homme aux cent visages ou le Fantôme d'Hérouville présente cependant deux caractéristiques singulières qui nous poussent à le recommander autant aux aficionados de longue date qu'à ceux qui connaissent peu l'univers David- Robert-Jonesien.


La première est d'adopter et d'assumer le choix, que certains pourront critiquer, mais que, personnellement, nous trouvons pertinent, de ne s'intéresser qu'aux activités de l'artiste durant les années soixante-dix - avec malgré tout l'évocation de ses débuts, dans les années soixante, lesquels permettent de mieux comprendre l'éclosion du génie bowien qui sera en intense ébullition pendant environ dix ans -, et qu'à celles de ces dernières années, celles qui suivent la fameuse décennie silencieuse, celles de la Résurrection datant du 8 janvier 2013.
Exit les années '80, après Let's Dance, et les années '90. Des albums remarquables comme Outside ou Heathen sont passés à l'as... mais l'intérêt est ici de mettre en lumière les deux grands pics de la célébrité et de la fécondité artistique bowiennes. Ceux que l'Histoire a commencé à retenir... avec raison.


La seconde est de prendre comme point d'appui central, comme rampe de lancement filmique, le séjour de Bowie, à deux reprises, au Château d'Hérouville, le fameux studio d'enregistrement dont les grandes heures sont d'ailleurs évoquées dans le film. Ce fut d'abord en 1973 pour le merveilleusement glam Pin Ups. Et puis, en 1976 pour les troublants et avant-gardistes Low et The Idiot – album d'Iggy Pop à la réalisation duquel l'Anglais collabore de très près. Bowie prend ainsi plus facilement la silhouette de l'être fantastique qui hante notre Imaginaire pop' - à noter qu'en d'autres lieux et temps, Tony Visconti a raconté d'étranges anecdotes sur les lubies bowiennes qui sont également intéressantes à connaître. Et la France peut donc être fière d'avoir été l'une des terres d'élection du héros voyageur.


Le témoignage de l'ingénieur du son Laurent Thibault est passionnant. Instructif et émouvant. Il constitue l'un des meilleurs passages du film. Ne pas rater le moment de l'épiphanie scripturaire... Nous n'en dirons pas plus...
Les remarques de Jean-Charles de Castelbajac sur la modernité bowienne sont pointues et brillantes. Le metteur en scène de théâtre Renaud Cojo transmet fort bien l'intérêt sincère qu'il porte à celui qui fut l'élève du mime Lindsay Kemp et qui a joué avec grand succès Elephant Man à Broadway. Cojo, qui a transposé Ziggy Sardust à sa manière, il y a quelques années, sur les planches françaises. On appréciera l'intervention du photographe Philippe Auliac sur la période Station To Station - Thin White Duke et sur le passage en France de Bowie en 1976. La démonstration au piano des qualités de composition de Life On Mars ? - et de son rapport avec le tristounet My Way -, par le compositeur et musicien Chilly Gonzales, est truculente. Elle complète très bien celle que fit Rick Wakeman pour Five Years, le documentaire de la BBC sorti il y a quelques années.


On restera plus « dubitatif » devant les reprises des morceaux de Bowie, qui traduisent plus l'état actuel de la musique et des capacités et qualités vocales de nos artistes français - malheureusement limitées - que l'univers du chanteur légendaire...

 Mais merci aux auteurs pour ce documentaire.



---


Merci à Christophe Conte d'avoir gentiment accepté de répondre à quelques questions. 
Séquence interview...


E.S. : D'où t'es venue l'envie ou l'opportunité de partir d'Hérouville, d'en faire le pivot du film ?


C.C. : Après le documentaire sur François de Roubaix que nous avons réalisé avec Gaétan l'an dernier, et qui avait bien marché, nous avons soumis l'idée de faire un film sur Hérouville à France 4. L'idée a été acceptée, puis c'est tombé à l'eau en début d'année car ils voulaient désormais se consacrer à des documentaires sur des évènements musicaux importants. Comme se profilait l'exposition Bowie à la Philharmonie, on leur a suggéré de faire un doc sur Bowie, avec dans l'idée d'y glisser une partie importante sur Hérouville, façon cheval de Troie. Les décisions étant longues à se prendre à la télé, on a finalement laissé passer l'expo mais Bowie restait un sujet intemporel. Par miracle, il a eu la bonne idée de sortir un nouvel 
album au moment où sera diffusé le film, le 6 janvier.


E.S. : Y a-t-il eu des difficultés inattendues ?


C.C. : On a très vite abandonné l'idée d'aller à la rencontre de gens trop proches de Bowie - sans parler de Bowie lui-même ! -, car le budget et le temps ne nous permettaient pas une telle ambition. La principale difficulté a concerné les archives, car même si nous avons travaillé avec une super documentaliste, il y a des images que nous n'avons pas pu avoir. On avait un premier montage où figuraient beaucoup d'extraits du film de D.A. Pennebaker sur la tournée Ziggy, mais désormais c'est Bowie qui en possède les droits et c'est impossible à avoir. Mais, dans l'ensemble, on a à peu près obtenu ce qu'on recherchait.


E.S. : Des facilités insoupçonnées, ou des heureuses surprises ?


C.C. : Les nouveaux propriétaires du Chateau d'Hérouville ont été très accueillants et coopératifs pendant les trois jours où nous avons tourné là-bas. Nous avons pu tourner dans des conditions excellentes, grâce aux artistes qui ont répondu présents, et aussi grâce à la logistique de notre producteur, Morgane, qui a fluidifié ce tournage réalisé pourtant au pas de charge.


E.S. : Qu'est-ce que ton film t'a appris de nouveau à toi-même sur Bowie ?


C.C. : Pas mal de choses, même si je connais assez bien l'animal je n'avais pas pris le temps jusqu’ici d'aller fouiller dans les archives, les interviews, et aussi dans la "psyché" des personnages de Bowie. Comme nous devions quand même avoir dans ce film une approche assez didactique, car France 4 est une chaîne qui d'adresse en premier lieu au jeune public, il fallait trouver une narration qui englobe à la fois les grands axes artistiques de Bowie mais aussi suivre pas à pas sa carrière sans que ce soit trop linéaire pour autant. On a ainsi pris la liberté d'axer le film essentiellement sur la période 69-80, qui reste quand même la plus fertile à mes yeux.


E.S. : Quelle est ta période préférée de Bowie et pourquoi ?


C.C. : La réponse figure ci-dessus, mais si je zoome un peu plus, je dirais d'une part Hunky Dory pour le Bowie classique, encore sous influence du folk et de la pop 60's, qui rend hommage à ses héros avant de tous les supplanter, et d'autre part Station To Station pour la bascule entre la soul et la période Allemande, et l'extrême modernité du son pour l'époque. 
_________________
"We Are The Dead"

"I want to live"


Dernière édition par Nightflight le Jeu 7 Jan - 18:10 (2016); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 7 Jan - 17:41 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
tom


Hors ligne

Inscrit le: 21 Sep 2011
Messages: 331
Localisation: Auvergne

MessagePosté le: Jeu 7 Jan - 18:02 (2016)    Sujet du message: "L'Homme au cent visages ou le fantôme d'Hérouville" Répondre en citant

C'est surtout le témoignage de Laurent Thibault qui était intéressant. Certaines reprises étaient super nazes.

Revenir en haut
Pearldiver


Hors ligne

Inscrit le: 30 Déc 2012
Messages: 129

MessagePosté le: Jeu 7 Jan - 18:21 (2016)    Sujet du message: "L'Homme au cent visages ou le fantôme d'Hérouville" Répondre en citant

j'ai bien aimé le doc, certaines archives qu'on ne voit pas si souvent à la télé
gros bémol, les passages des filles hippies, totalement superflus


Revenir en haut
olivier62


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2012
Messages: 183
Localisation: Arras

MessagePosté le: Jeu 7 Jan - 21:02 (2016)    Sujet du message: "L'Homme au cent visages ou le fantôme d'Hérouville" Répondre en citant

Je rejoins vos avis. Les interventions de Laurent Thibault passionnantes et pertinentes. Que j'aimerais pouvoir entrer un jour dans ces lieux!!!
_________________
La vie en rock sur http://rockinpop.blogspot.fr


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
le saint


Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2013
Messages: 88
Localisation: Tours

MessagePosté le: Ven 8 Jan - 09:57 (2016)    Sujet du message: "L'Homme au cent visages ou le fantôme d'Hérouville" Répondre en citant

J'ai bien aimé aussi, gros bémol : l'état de cette bâtisse, limite à l'abandon me semble t'il , dans tous les cas absolument pas entretenu...
_________________
de retour moi aussi


Revenir en haut
noisy-synthesizer
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Fév 2011
Messages: 861

MessagePosté le: Ven 8 Jan - 12:14 (2016)    Sujet du message: "L'Homme au cent visages ou le fantôme d'Hérouville" Répondre en citant

c'est un documentaire intéressant pour quelqu'un qui connaitrait mal Bowie et son apport/appropriation aux/des tendances de l'époque.
Le film aurait sans doute gagné à se concentrer uniquement sur la période "Hérouville/Hansa".
Parce que d'un côté on a un studio créé dans un château ou errent les fantômes de George Sand et de Chopin qui viennent tenir compagnie à Brian Eno la nuit  et de l'autre un studio d'enregistrement construit par les nazis et qui se trouve à 500 mètres du mur de Berlin, il y a de quoi faire au niveau ambiance.

A trop retracer la carrière de Bowie et de ses multiples avatars ( même en se cantonnant aux années 70 ), le risque est de faire un documentaire "comme les autres".
L'idée de départ avec Hérouville est donc très bonne mais ils auraient dû se concentrer dessus.

Quant aux jeunes filles neo-hippies qui virvoltent dans leurs robes à fleurs et font des rondes ainsi que les reprises plus que moyennes, c'était clairement en trop et en plus ça semble un contresens par rapport à la période "Low" même si ça correspond probablement plus à la période sixties du château. Et puis pourquoi "five years" ou "Starman" qui n'ont rien à voir avec Hérouville ? 

Les gros plus : comme vous j'ai particulièrement apprécié les interventions et éclairages de Laurent Thibaut et de Chilly Gonzales.


Revenir en haut
Gothic


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2013
Messages: 191

MessagePosté le: Ven 8 Jan - 18:45 (2016)    Sujet du message: "L'Homme au cent visages ou le fantôme d'Hérouville" Répondre en citant

On a vu de bonnes choses...Bowie parlant de Iggy,en disant en 76/77 qu'il était déjà comme ça en 70....j'ai trouvé ça fort...
le lien entre Laurent Thibaut en Joy Division,là j'étais scotché...
les interventions de Castelbajac étaient intéressantes ,sauf quand il parle des "art school",là je pense qu'il se trompe...
ce n'était pas les beaux-arts...
mais dans l'ensemble,j'ai bien aimé...


Revenir en haut
zanedog


Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2011
Messages: 397

MessagePosté le: Mar 12 Jan - 18:24 (2016)    Sujet du message: "L'Homme au cent visages ou le fantôme d'Hérouville" Répondre en citant

Laurent Thibault:

  1976, appel de Corinne demandant si David peut rester à Hérouville quelques jours pour fuir Paris. Vers 3 heures du matin, on l'a vu arriver avec un grand garçon blond (Iggy Pop). Bowie lui annoncé : "Ici, c'est le plus grand studio du monde !"

  Au 3ème jour, il me donne RV à 19 heures précises : il m' a salué et s'est dirigé tout de suite vers la chaîne et m'a fait écouter un disque de Magma dont j'ai été le bassiste.
 Il s'est alors mis à en faire la critique, ce qu'il trouvait bien, les erreurs, ce que nous aurions du faire...Ensuite, il m' a parlé de ses envies de musique. Jusqu'à 7 heures du matin, c'était un infatigable personnage et un énorme travailleur. Il prenait quelque chose et le transformait en Bowie. A 7 heures du matin donc, il m'a dit qu'on allait travailler ensemble.
 
 The Idiot :

 "ils ont passé 2 mois au château avec des musiques de Bowie et des parole de Iggy. David est venu sans musicien. Il fallait des claviers et la guitare. Il m'a demandé de faire venir un batteur français et il m'a dit : "tu vas faire la basse sur le morceau.3 J'ai joué, il a écouté et s'est écrié comme il faisait souvent "Next !". Ensuite il criait "record !" et on enregistrait le truc. On n'a pas pu finir l'enregistrement car il y avait un autre booking prévu. David voulait continuer, alors on a été un mois au studio Musicland à Munich. C'était pendant l'été 76, il y avait une canicule terrible.

 The Idiot a été démoli par la critique qui n'a rien compris. Aujourd'hui cet album a influencé beaucoup de monde. Bowie ne voulait pas mettre de nom sur la pochette. Il est juste écrit "record by Bowie in Château d'Hérouville, France." C'était frustrant pour les musiciens. Je me suis tu pendant 30 ans, secret professionnel."

 Low :

 "Quand on est revenu en France, Bowie a commencé à enregistrer son nouvel album. Cette fois-ci, il y avait le producteur.  Il m'a prévenu qu'il allait me demander des trucs, que sa femme chante sur le disque...Lui ne voulait pas, mais je ne pouvais lui dire. De mon côté, j'étais l'ingé son, je n'avais plus mon mot à dire, j'exécutais les ordres de Tony Visconti. D'ailleurs, il a bien fait chanter sa femme sur le disque !

 L'ambiance est étrange et elle s'est dégradée avec Tony...David n'a pas chanté sur toutes les chansons. ON peut penser que c'est fait exprès, que ce sont des morceaux instrumentaux, MAIS NON, IL AURAIT DU CHANTER ET N'A PAS VOULU.

  3 mois avec David :

   "En 3 mois, on connaît tout de leurs habitudes, de leurs petits défauts, de leur vie privée. A l'époque, il avait besoin de blé. Il était en plein procès, en plein divorce...il faisait attention à ce qu'il dépensait quand on sortait. Ca semblait un peu irréel ! David avait besoin d'être avec des gens en qui il avait confiance, pour être lui-même, et pas Bowie. Il y avait une différence entre le personnage et la personne. Quand on se promenait dans la rue, personne ne le reconnaissait. Sur scène, il jouait un rôle. Dans la vie, cela n'avait rien à voir."


Revenir en haut
Gothic


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2013
Messages: 191

MessagePosté le: Mar 12 Jan - 19:05 (2016)    Sujet du message: "L'Homme au cent visages ou le fantôme d'Hérouville" Répondre en citant

je crois que le documentaire repasse ce soir,mais je ne sais pas sur quelle chaîne...

Revenir en haut
olivier62


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2012
Messages: 183
Localisation: Arras

MessagePosté le: Mar 12 Jan - 20:47 (2016)    Sujet du message: "L'Homme au cent visages ou le fantôme d'Hérouville" Répondre en citant

Sur France 4 à 22h55
_________________
La vie en rock sur http://rockinpop.blogspot.fr


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
stanleywhite


Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2011
Messages: 200
Localisation: Trilport

MessagePosté le: Mer 13 Jan - 08:20 (2016)    Sujet du message: "L'Homme au cent visages ou le fantôme d'Hérouville" Répondre en citant

Je suis d'accord avec Zanedog. J'ai trouvé l'intervention du dit Laurent Thibault très intéressante. Même lorsqu'il se rend compte des années après qu'il a probablement influencé le jeu de basse de Peter Hook de Joy division !
_________________
We are the Dead


Revenir en haut
Loraline12


Hors ligne

Inscrit le: 13 Jan 2016
Messages: 1
Localisation: Carro

MessagePosté le: Mer 13 Jan - 08:47 (2016)    Sujet du message: Webradio Répondre en citant

Bonjour, rfm a créé une web radio hommage à David, où on entend enfin autre chose que Let's danse  Confused

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:17 (2016)    Sujet du message: "L'Homme au cent visages ou le fantôme d'Hérouville"

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Manofmusic Index du Forum -> David Bowie -> J'ai entendu un truc sur David Bowie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com