Manofmusic Index du Forum

Manofmusic
Espace consacré à David Bowie et à la Culture sous toutes ses formes

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ca y est !!! Sortie de "The Next Day"
Aller à la page: <  1, 2, 319, 20, 2123, 24, 25  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Manofmusic Index du Forum -> David Bowie -> The Next Day
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
zanedog


Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2011
Messages: 397

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 12:36 (2013)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day" Répondre en citant

Enlevons les nippes des friponnes
halloweenduke a écrit:
Very Happy Very Happy Very Happy Razz Razz Razz Razz tres bonAttentiona  ne pas fripper les nippons avec des remarques comme ça




Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 13 Mar - 12:36 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
flopi


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2013
Messages: 237
Localisation: toulouse

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 18:47 (2013)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day" Répondre en citant

au contraire c'est le genre de blague qui risque de les débrider !

Revenir en haut
flopi


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2013
Messages: 237
Localisation: toulouse

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 19:44 (2013)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day" Répondre en citant

Ca y est !!! habemus papam Mort de Rire

OK je Arrow


Revenir en haut
xavishnou


Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2013
Messages: 73

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 19:58 (2013)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day" Répondre en citant

halloweenduke a écrit:
a partir d aujourd’hui hui il faut attendre 10 an pour le prochain  Twisted Evil


et autant pour le digérer  Rolling Eyes


Revenir en haut
halloweenduke


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2011
Messages: 457
Localisation: Paris 75013

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 21:08 (2013)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day" Répondre en citant

vu son age , par sur qu il ait un next day pour longtemps  Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil
_________________
**Years pass so swiftly**


Revenir en haut
tom


Hors ligne

Inscrit le: 21 Sep 2011
Messages: 331
Localisation: Auvergne

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 21:33 (2013)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day" Répondre en citant

Ce qui va suivre n’est pas une review mais présente en vrac les impressions que je peux avoir après quelques jours d’écoute de cet album dont nous parlons à longueur de journée. Je vous demande de l’indulgence, j’ai écrit ça dans un train pas confortable ce matin de (très) bonne heure.

Tout d’abord quelques réflexions préalables.

Pas de recul historique. Quand j’ai acheté Aladdin Sane 10 ans après sa sortie, je connaissais sa place dans la discographie et dans le parcours artistique de Bowie donc l’album revêtait une sorte de « poids » et de lisibilité supplémentaire dont ne peut pas bénéficier TND.

Je n’ai jamais aimé « à fond » toutes les chansons de DB sur un album  peut-être à part Low si je réfléchis bien. Pourquoi ça commencerait maintenant ? Donc je peux ne pas tout aimer the Next Day sans que cela signifie « c’était mieux avant ».

 Il faut laisser tomber le fantasme de l’album ultime, global, cohérent de bout en bout,  étape majeure dans le parcours. C’est un truc de puristes dans lequel je donne volontiers mais ça ne vaut rien. Donc écouter pour le plaisir (Herbert Léonard 1981)

En vieillissant, je deviens un vieux con : je n’aime plus grand-chose. J’aime tous les styles de musique mais peu de choses dans chaque style. Donc mon « avis » sur cet album doit être relativisé.

Je me fous pas mal des paroles en fait donc mon avis ne concerne finalement que la musique.

66 ans. Est-il raisonnable de faire des chansons « rock » à cet âge-là et, en plus, de 3mn ? Scott Walker ou David Sylvian ont pris une voie en dehors du mainstream. J’aurais aimé que DB en fasse de même.
Néanmoins, on peut aller jouer au tennis même si on n’est pas Federer ou si on l’a été. Je veux dire que Bowie a évidemment le droit de publier un album même si c’est moins bien qu’à la grande époque.

Je pense que c’est le retour et la manière de son retour qui donne la valeur à ce jour de cet album. Seul le recul et « l’histoire » diront si l’album hors contexte a une valeur pérenne. Ex. j’ai beaucoup écouté Heathen à sa sortie et depuis 2003 plus jamais. Donc là j’écoute beaucoup mais est-ce que ça va durer ? Je ne sais point.

Gainsbourg avait, dans une interview célèbre, jugé la chanson comme un art mineur. Je partage ce point de vue mais elle peut s’en approcher sérieusement  si on y trouve  un « message » (ex. Bob Marley), une inspiration (ex. Jeff Buckley)  ou une dimension socio-historique (ex. The Clash).  Là il ne me semble qu’aucun des cas ne soit très présent.

Faut-il juger cet album au regard de la discographie du maître ou le remettre dans un ensemble de production tous artistes confondus ? Tout ce que j’ai lu, pour l’instant, le remet en perspective de la carrière de Bowie donc avec une part d’affectivité / subjectivité.

Pochette : intellectuellement fascinant, résultat à chier mais c’est fort quand-même. C’est le premier à faire ça (à ma connaissance).Parenthèse : ça va donner envie aux personnes qui vont (il y en aura) découvrir DB avec cet album d’aller écouter Heroes et ça les piquera comme nous et ils achèteront tout. Malin.

Voix : vraiment mieux que Heathen et Reality. Il a renoncé à « vocaliser » ce que sa voix ne lui permet plus. Entendu çà et là des rapprochements avec Scary Monsters : est-ce dû à la voix différente pour chaque chanson ? Ce n’est évidemment pas aussi prégnant que pour SM.

Peu de mélodies finalement. Il s’en sert plus en termes d’élément rythmique ou de couleur que de mélodie, à part dans certaines chansons (Where are we now ? par exemple).

Le son global est aéré, clair, équilibré mais, à mon sens, sans réel parti-pris. On se retrouve donc avec une « Collection de chansons ».  Mais pas de chanson qui crève l’écran, pas de « Ashes to ashes » par exemple.

Au niveau de l’instrumentation, elle est équilibrée ce qui est un fait ancien chez lui et quelque chose que j’aime.
On peut tout de même relever que la batterie est très présente.
Earl Slick : je n’aime pas trop, pas super subtil au contraire des deux autres (Leonard et Torn).

Les musiciens jouent très bien mais ne se foulent pas non plus. La volonté du chef devait être la simplicité, aller à l’essentiel et juste profiter de la « profondeur » de chaque instrumentiste. Et c'est ça qui tient les chansons plus que leur qualité intrinsèque je pense. Je trouve néanmoins toujours quelque chose de positif à tirer pour chacune d’entre elles.


Les chansons.

Constructions plutôt banales. On est dans du classique.
Les chansons sont (souvent)  inabouties. On passe devant le magasin, on s’arrête, on regarde la vitrine, on décide d’entrer mais non, le panneau « fermé » vient juste d’être mis. On avait l’eau à la bouche mais on ne peut pas acheter. Ça c’est le gros défaut qui fait qu’on reste dans l’art mineur.

Ça peut venir de la durée mais, si on prend un exemple, « Time » en 5mn est parfaitement aboutie donc ce n’est donc pas forcément une question de durée.

The Next Day : plutôt pas mal. Bonne entrée en matière. Un peu trop ado quand-même. 66 ans putain ! Ca fait penser à la musique british de la fin des 70’s (Repetition oui je sais).

Dirty boys : Creux creux creux. S’arrête quand ça commence tout juste à prendre une autre dimension (solo de saxophone). Si c’était pas Bowie je trouverais ça minable.

The stars : celle qui me plait le plus pour l’instant et loin devant. La classe pop et ce petit brin de nostalgie (mode mineur) qui pince le cœur. J’aime beaucoup.

Love is lost : jusqu’à maintenant je me demandais à quoi servait cette chanson la trouvant lourdingue et qu’elle ne menait nulle part. Je crois que je suis en train de changer d’avis notamment en raison des chœurs vers la fin qui sont vraiment chouettes et qui donnent son sens à l’ensemble.

Where are we now ? touchant, vibrant et assez nouveau je trouve (son). Un regard sur lui-même. Intéressant pour les afficionados mais les autres ? Peut-être peuvent-ils quand-même  aimer la chanson ! Le vrai commencement est à la fin quand ça s’arrête (déjà dit).

Valentine’s day. Gentillet. Un peu comme les chansons de « hours » (même si j’aime bien Survive et Thursday’s child). Inoffensif.

If you can see me. Peut faire illusion (rythme et son) mais tourne en rond.

I’d rather be high. Très Beatles pour le côté « fake-planant » et tous ces accords de 7ème. Me fait penser à Zeroes.

Boss of me. Merci Tony Levin. Ca tourne pas mal. Dans mon top 5.

Dancing out of space. C’est “Sucré Salé” à la fois doux et épicé. J’ai eu cette sensation sur plusieurs chansons. Ce qu’on appelle en musique Tension / Relâchement. Une bonne vieille recette…

How does the grass grow. Bof. Ca commence bien mais le refrain est ridicule avec cet emprunt à « Apache » à la con. Une faute de goût.

Set the world on fire. Mélange de Bang Bang et de rock fm (ce n’est pas un compliment).

You feel so lonely you could die. Assez chouette. Une compo, je veux dire : c’est écrit.

Heat. J’adorerais si je ne connaissais pas Scott Walker. Je me tourne forcément vers l’original. Si ça peut faire connaître SW tant mieux.


Au global : Bowie est vivant, en forme et nous rajeunit au passage (merci).

L’album se tient mais n’est pas une bombe non plus. Je ne pense pas qu’il figurera dans mon Panthéon Bowien et donc encore moins dans mon Panthéon tout court.
Cependant, ce qui se révèle intéressant c’est cette sorte d’introspection assez géniale, la manière dont il se revisite lui-même et qui est annoncé par la pochette.
Pour moi c’est une sorte de mélange Reality / Never Let Me down (oui ! creusez bien) / Scary Monsters. Il est moins bien qu’Outside donc ce n’est pas son meilleur album depuis SM. Un truc de journaleux ça.

Enfin je finirai par une image à deux balles dont j’ai le secret.
Prenons le sable d’une plage.
Sur le sable mouillé une empreinte de pas est marquée et précise. Elle est faite pour un moment.
Sur le sable sec : l’empreinte forme un « trou » mais il est peu précis et peu marqué. Elle ne dure pas.
Ici j’ai l’impression d’être sur du sable sec : super agréable à l’écoute mais ça ne reste pas des masses.
J’espère me tromper et dire l’inverse dans quelques mois (ça peut arriver !).

Vive lui quand-même.






Revenir en haut
avcsar
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 13 Mar - 22:14 (2013)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day" Répondre en citant

------

Dernière édition par avcsar le Lun 28 Déc - 16:53 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
Diamond Duke


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2013
Messages: 159

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 23:34 (2013)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day" Répondre en citant

@ Putain avcsar : je cause pas un mot d'anglais !

@ Tom

A la question : qui est le nouveau Bowie ? je serais curieux de voir ce que répondraient les fans.

Prince a fait fort dans les années 80, alignant entre 84 et 88 les albums majeurs, et parfois très différents les uns les autres.

Mais pour moi, en effet, le plus gros choc depuis Bowie fut bel et bien Jeff Buckley.
Il paraît même que "Grace" était l'un des 10 albums préférés de Bowie (mais Jeff Buckley, à ma connaissance, n'a jamais écouté Bowie).

Cela dit, je pense que "Grace" était seulement le "Hunky Dory" de Jeff Buckley : autrement dit, le meilleur restait encore à venir.
L'album posthume ("My Sweetheat the Drunk") était bien parti pour être absolument monstrueux... mais patatras, Buckley se noie dans les eaux boueuses d'un bras du Mississipi.

A cette date pourtant, fin mai 1997, Jeff Buckley a une longueur d'avance sur Radiohead : en gros, "Grace" a une longueur d'avance sur "The Bends".
Mais le mois suivant, en juin 1997, Radiohead sort son "Sgt Pepper" : "Ok Computer".

Buckley mort, Radiohead avait un boulevard devant eux pour devenir les rois du monde incontestés (ce qu'ils sont devenus), sans rival(rivaux) possible(s).

Mais si Jeff Buckley était resté en vie, je suis intimement persuadé qu'il aurait fait une carrière aussi extraordinaire que celle de Radiohead entre 1997 et 2007, il aurait enregistré des albums aussi révolutionnaires que ceux de Bowie dans les années 70.

Bref, gâchis extraordinaire... j'ai mis des années à m'en remettre, comme si Bowie était mort accidentellement juste après avoir sorti "Hunky Dory".

Jeff Buckley, on tenait là un génie digne de Bowie, certains prédisait même qu'il deviendrait une star mondiale au bout de 2 ou 3 albums.




Revenir en haut
xavishnou


Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2013
Messages: 73

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 23:35 (2013)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day" Répondre en citant

avcsar a écrit:
La plus juste critique de l'album que j'ai lu jusqu'à présent et de loin je l'ai trouvé sur BBW, postée il y a peu


This was written by my friend Mike Cullen, who just received the album this morning and first listened to it about 2 hours ago. It's quite good. 



Etc....


Traduction :


Ceci a été écrit par mon ami Mike Cullen, qui vient de recevoir l'album, ce matin, et la première écoute il ya environ 2 heures. Il est tout à fait bonne.


DAVID BOWIE - LE LENDEMAIN - MON EXAMEN


Si vous pouviez voyager dans le temps et offrir quelques conseils à votre plus jeune, que diriez-vous? Peut-être vous mettre en garde contre des erreurs à venir, ou sournoisement glisser quelques notes d'orientation utiles dans la poche arrière. Quand David Bowie retourne aux années soixante-dix pour répondre à son jeune auto, il ignorait tout cela. Il a débarqué en 1973, se dirigea vers son jeune auto ... et avalé tout entier.


Permettez-moi d'abord établir ma relation avec Bowie. Il est, à bien des égards, mon créateur. Au début des années 70, il a atterri dans mon monde quand j'étais une éponge naissante d'un adolescent et moi saturés dans la possibilité. Sa musique, son altérité effacé tout ce que j'avais fait et a laissé sa place à merveille. En tant que créateur, c'est là que j'ai vraiment commencé. Donc je sais que sa musique intime, toute sa musique, tout ce qu'il a jamais fait. Et c'est pourquoi je comprends ce nouvel album si bien.


Permettez-moi de vous dire comment elle a été faite. La Bowie d'aujourd'hui, appelons-le Vieux Bowie, rassemblés autour de lui ces fantastiques musiciens modernes, et cet appareil étonnant moderne, et farci le tout dans une machine de temps. Ils ont tous voyagé aux années 70 où ils ont cherché Jeune Bowie. Vieux Bowie Bowie remis Jeune quelques paroles, soi-disant de lui-même, et lui a demandé d'écrire quelques chansons pour eux. Ils les ont ensuite enregistré, et de cette façon Bowie Old consommé son jeune auto, comme il a passé ses autres la vie de consommation.


Les chansons sur cet album, et la manière dont ils sont exécutés sont, dans l'ensemble, un aperçu des influences qui ont formé ce jeune Bowie dans les années 70. Brecht, Brel, Beatles, Stones, tout y est, tout comme ils étaient, comme si ces chansons ont été écrites entre l'homme qui a vendu le monde et Hunky Dory. Les arrangements et les enregistrements, (sauf les guitares acoustiques vintage) sont bien sûr, inévitablement moderne.


Mais les paroles sont une autre affaire. La plupart de ces chansons traiter avec les jeunes, et en particulier, la mort de la jeunesse. Comment les jeunes peuvent se sentir immortel, (Garçons sales, les étoiles sont (ce soir)), ou comment ils peuvent être pas plus de fourrage pour les guerres de l'ancienne, (How Does pousser l'herbe).


L'un d'eux, vous vous sentez So Lonely You Could Die, est ouvertement autobiographique, une lamentation pour la jeune Bowie décédé à Berlin, dans «une chambre de l'histoire sanglante, vous vous êtes assuré de cela, je vous vois comme un cadavre pendu à un faisceau ", fixé à une hauteur qui ferait pleurer Jacques Brel, sortie en fondu sur le roulement de tambour qui a introduit cinq ans dans le monde de l'album qui a tout changé pour Bowie, The Rise and Fall of Ziggy Stardust et The Spiders From Mars. Le battement de tambour qui a commencé à l'automne, le voyage dans l'abîme, comme Bowie se précipitait à la vitesse de la lumière vers la mort.


C'est cette chanson qui définit l'album autant que le manchon controversée, ce qui est logique maintenant que vous vous rendez compte qu'il parle du moment où il mourut à Berlin. Le carré blanc immaculé oblitérer que le travail, l'album Heroes, tout comme Bowie essayé et échoué à lui-même disparaître.


Bowie est célèbre pour ses concepts, et cela est une autre. Là, il se jette comme une sorte de vampire temps, suçant la créativité des autres, et en particulier dans ce cas, lui-même. C'est un album sur la nature même de la créativité, et comment cette chose est atteinte par aspiration des autres, il n'y a pas de nouvelles idées, de sang simplement recyclés. Et il choisit principalement se concentrer sur son jeune auto pour raconter l'histoire, l'auto qui a explosé comme une étoile nouvelle née dans les années soixante-dix pour finir pendu à la cocaïne faisceau gouttes au lieu de sang.


Est-il bon, si? Bien sûr, il est, c'est Bowie faire ce qu'il fait le mieux, jouer le Monsieur Loyal, le présentateur de cabaret, music-hall, le narrateur.


C'est un chef-d'œuvre.


C'est son premier chef-d'œuvre depuis les années 70 parce que, pour la première fois, depuis lors, c'est un morceau de pur théâtre




Revenir en haut
avcsar
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 13 Mar - 23:54 (2013)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day" Répondre en citant

-------

Dernière édition par avcsar le Lun 28 Déc - 16:54 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
xavishnou


Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2013
Messages: 73

MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 00:05 (2013)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day" Répondre en citant

avcsar a écrit:
Merci pour la traduction et qui peut aider pour ceux qui sont des billes en anglais ( je plaisante!!)
Juste une correction sur la traduc des le départ qui zappe un truc :
"si vous pouviez voyager vers le passé et offrir quelques conseils à la personne plus jeune que vous étiez alors "
On peut sensiblement traduire cette phrase comme ça afin de bien comprendre qu'il s'agit d'un dialogue de soi ( bowie aujourd'hui) à soi ( Bowie jeune)


J'ai fais vite,par copier/coller, avec google traduction,qui permet de re-corriger certains détails : 
http://translate.google.fr/?hl=fr&sa=N&tab=lT
Wink


Revenir en haut
zanedog


Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2011
Messages: 397

MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 07:26 (2013)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day" Répondre en citant

tom a écrit:
Ce qui va suivre n’est pas une review mais présente en vrac les impressions que je peux avoir après quelques jours d’écoute de cet album dont nous parlons à longueur de journée. Je vous demande de l’indulgence, j’ai écrit ça dans un train pas confortable ce matin de (très) bonne heure.
Tout d’abord quelques réflexions préalables.

Pas de recul historique. Quand j’ai acheté Aladdin Sane 10 ans après sa sortie, je connaissais sa place dans la discographie et dans le parcours artistique de Bowie donc l’album revêtait une sorte de « poids » et de lisibilité supplémentaire dont ne peut pas bénéficier TND.

Je n’ai jamais aimé « à fond » toutes les chansons de DB sur un album  peut-être à part Low si je réfléchis bien. Pourquoi ça commencerait maintenant ? Donc je peux ne pas tout aimer the Next Day sans que cela signifie « c’était mieux avant ».

 Il faut laisser tomber le fantasme de l’album ultime, global, cohérent de bout en bout,  étape majeure dans le parcours. C’est un truc de puristes dans lequel je donne volontiers mais ça ne vaut rien. Donc écouter pour le plaisir (Herbert Léonard 1981)

En vieillissant, je deviens un vieux con : je n’aime plus grand-chose. J’aime tous les styles de musique mais peu de choses dans chaque style. Donc mon « avis » sur cet album doit être relativisé.

Je me fous pas mal des paroles en fait donc mon avis ne concerne finalement que la musique.

66 ans. Est-il raisonnable de faire des chansons « rock » à cet âge-là et, en plus, de 3mn ? Scott Walker ou David Sylvian ont pris une voie en dehors du mainstream. J’aurais aimé que DB en fasse de même.
Néanmoins, on peut aller jouer au tennis même si on n’est pas Federer ou si on l’a été. Je veux dire que Bowie a évidemment le droit de publier un album même si c’est moins bien qu’à la grande époque.

Je pense que c’est le retour et la manière de son retour qui donne la valeur à ce jour de cet album. Seul le recul et « l’histoire » diront si l’album hors contexte a une valeur pérenne. Ex. j’ai beaucoup écouté Heathen à sa sortie et depuis 2003 plus jamais. Donc là j’écoute beaucoup mais est-ce que ça va durer ? Je ne sais point.

Gainsbourg avait, dans une interview célèbre, jugé la chanson comme un art mineur. Je partage ce point de vue mais elle peut s’en approcher sérieusement  si on y trouve  un « message » (ex. Bob Marley), une inspiration (ex. Jeff Buckley)  ou une dimension socio-historique (ex. The Clash).  Là il ne me semble qu’aucun des cas ne soit très présent.

Faut-il juger cet album au regard de la discographie du maître ou le remettre dans un ensemble de production tous artistes confondus ? Tout ce que j’ai lu, pour l’instant, le remet en perspective de la carrière de Bowie donc avec une part d’affectivité / subjectivité.

Pochette : intellectuellement fascinant, résultat à chier mais c’est fort quand-même. C’est le premier à faire ça (à ma connaissance).Parenthèse : ça va donner envie aux personnes qui vont (il y en aura) découvrir DB avec cet album d’aller écouter Heroes et ça les piquera comme nous et ils achèteront tout. Malin.

Voix : vraiment mieux que Heathen et Reality. Il a renoncé à « vocaliser » ce que sa voix ne lui permet plus. Entendu çà et là des rapprochements avec Scary Monsters : est-ce dû à la voix différente pour chaque chanson ? Ce n’est évidemment pas aussi prégnant que pour SM.

Peu de mélodies finalement. Il s’en sert plus en termes d’élément rythmique ou de couleur que de mélodie, à part dans certaines chansons (Where are we now ? par exemple).

Le son global est aéré, clair, équilibré mais, à mon sens, sans réel parti-pris. On se retrouve donc avec une « Collection de chansons ».  Mais pas de chanson qui crève l’écran, pas de « Ashes to ashes » par exemple.

Au niveau de l’instrumentation, elle est équilibrée ce qui est un fait ancien chez lui et quelque chose que j’aime.
On peut tout de même relever que la batterie est très présente.
Earl Slick : je n’aime pas trop, pas super subtil au contraire des deux autres (Leonard et Torn).

Les musiciens jouent très bien mais ne se foulent pas non plus. La volonté du chef devait être la simplicité, aller à l’essentiel et juste profiter de la « profondeur » de chaque instrumentiste. Et c'est ça qui tient les chansons plus que leur qualité intrinsèque je pense. Je trouve néanmoins toujours quelque chose de positif à tirer pour chacune d’entre elles.


Les chansons.

Constructions plutôt banales. On est dans du classique.
Les chansons sont (souvent)  inabouties. On passe devant le magasin, on s’arrête, on regarde la vitrine, on décide d’entrer mais non, le panneau « fermé » vient juste d’être mis. On avait l’eau à la bouche mais on ne peut pas acheter. Ça c’est le gros défaut qui fait qu’on reste dans l’art mineur.

Ça peut venir de la durée mais, si on prend un exemple, « Time » en 5mn est parfaitement aboutie donc ce n’est donc pas forcément une question de durée.

The Next Day : plutôt pas mal. Bonne entrée en matière. Un peu trop ado quand-même. 66 ans putain ! Ca fait penser à la musique british de la fin des 70’s (Repetition oui je sais).

Dirty boys : Creux creux creux. S’arrête quand ça commence tout juste à prendre une autre dimension (solo de saxophone). Si c’était pas Bowie je trouverais ça minable.

The stars : celle qui me plait le plus pour l’instant et loin devant. La classe pop et ce petit brin de nostalgie (mode mineur) qui pince le cœur. J’aime beaucoup.

Love is lost : jusqu’à maintenant je me demandais à quoi servait cette chanson la trouvant lourdingue et qu’elle ne menait nulle part. Je crois que je suis en train de changer d’avis notamment en raison des chœurs vers la fin qui sont vraiment chouettes et qui donnent son sens à l’ensemble.

Where are we now ? touchant, vibrant et assez nouveau je trouve (son). Un regard sur lui-même. Intéressant pour les afficionados mais les autres ? Peut-être peuvent-ils quand-même  aimer la chanson ! Le vrai commencement est à la fin quand ça s’arrête (déjà dit).

Valentine’s day. Gentillet. Un peu comme les chansons de « hours » (même si j’aime bien Survive et Thursday’s child). Inoffensif.

If you can see me. Peut faire illusion (rythme et son) mais tourne en rond.

I’d rather be high. Très Beatles pour le côté « fake-planant » et tous ces accords de 7ème. Me fait penser à Zeroes.

Boss of me. Merci Tony Levin. Ca tourne pas mal. Dans mon top 5.

Dancing out of space. C’est “Sucré Salé” à la fois doux et épicé. J’ai eu cette sensation sur plusieurs chansons. Ce qu’on appelle en musique Tension / Relâchement. Une bonne vieille recette…

How does the grass grow. Bof. Ca commence bien mais le refrain est ridicule avec cet emprunt à « Apache » à la con. Une faute de goût.

Set the world on fire. Mélange de Bang Bang et de rock fm (ce n’est pas un compliment).

You feel so lonely you could die. Assez chouette. Une compo, je veux dire : c’est écrit.

Heat. J’adorerais si je ne connaissais pas Scott Walker. Je me tourne forcément vers l’original. Si ça peut faire connaître SW tant mieux.


Au global : Bowie est vivant, en forme et nous rajeunit au passage (merci).

L’album se tient mais n’est pas une bombe non plus. Je ne pense pas qu’il figurera dans mon Panthéon Bowien et donc encore moins dans mon Panthéon tout court.
Cependant, ce qui se révèle intéressant c’est cette sorte d’introspection assez géniale, la manière dont il se revisite lui-même et qui est annoncé par la pochette.
Pour moi c’est une sorte de mélange Reality / Never Let Me down (oui ! creusez bien) / Scary Monsters. Il est moins bien qu’Outside donc ce n’est pas son meilleur album depuis SM. Un truc de journaleux ça.

Enfin je finirai par une image à deux balles dont j’ai le secret.
Prenons le sable d’une plage.
Sur le sable mouillé une empreinte de pas est marquée et précise. Elle est faite pour un moment.
Sur le sable sec : l’empreinte forme un « trou » mais il est peu précis et peu marqué. Elle ne dure pas.
Ici j’ai l’impression d’être sur du sable sec : super agréable à l’écoute mais ça ne reste pas des masses.
J’espère me tromper et dire l’inverse dans quelques mois (ça peut arriver !).

Vive lui quand-même.






    Chapeau Tom ! et merci de livrer des impressions de manière aussi fouillée...je m'y retrouve quelquefois.

Revenir en haut
xavishnou


Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2013
Messages: 73

MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 14:49 (2013)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day" Répondre en citant

xavishnou a écrit:
avcsar a écrit:
On peut sensiblement traduire cette phrase comme ça afin de bien comprendre qu'il s'agit d'un dialogue de soi ( bowie aujourd'hui) à soi ( Bowie jeune)




J'ai fais vite,par copier/coller, avec google traduction,qui permet de re-corriger certains détails : 
http://translate.google.fr/?hl=fr&sa=N&tab=lT
Wink


Tout à fait d'accord avec cette remarque.bien vu.





Revenir en haut
tom


Hors ligne

Inscrit le: 21 Sep 2011
Messages: 331
Localisation: Auvergne

MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 15:02 (2013)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day" Répondre en citant

Diamond Duke a écrit:
@ Putain avcsar : je cause pas un mot d'anglais !
@ Tom

A la question : qui est le nouveau Bowie ? je serais curieux de voir ce que répondraient les fans.

Prince a fait fort dans les années 80, alignant entre 84 et 88 les albums majeurs, et parfois très différents les uns les autres.

Mais pour moi, en effet, le plus gros choc depuis Bowie fut bel et bien Jeff Buckley.
Il paraît même que "Grace" était l'un des 10 albums préférés de Bowie (mais Jeff Buckley, à ma connaissance, n'a jamais écouté Bowie).

Cela dit, je pense que "Grace" était seulement le "Hunky Dory" de Jeff Buckley : autrement dit, le meilleur restait encore à venir.
L'album posthume ("My Sweetheat the Drunk") était bien parti pour être absolument monstrueux... mais patatras, Buckley se noie dans les eaux boueuses d'un bras du Mississipi.

A cette date pourtant, fin mai 1997, Jeff Buckley a une longueur d'avance sur Radiohead : en gros, "Grace" a une longueur d'avance sur "The Bends".
Mais le mois suivant, en juin 1997, Radiohead sort son "Sgt Pepper" : "Ok Computer".

Buckley mort, Radiohead avait un boulevard devant eux pour devenir les rois du monde incontestés (ce qu'ils sont devenus), sans rival(rivaux) possible(s).

Mais si Jeff Buckley était resté en vie, je suis intimement persuadé qu'il aurait fait une carrière aussi extraordinaire que celle de Radiohead entre 1997 et 2007, il aurait enregistré des albums aussi révolutionnaires que ceux de Bowie dans les années 70.

Bref, gâchis extraordinaire... j'ai mis des années à m'en remettre, comme si Bowie était mort accidentellement juste après avoir sorti "Hunky Dory".

Jeff Buckley, on tenait là un génie digne de Bowie, certains prédisait même qu'il deviendrait une star mondiale au bout de 2 ou 3 albums.





Suis d'accord avec toi à 10.000% sur Jeff Buckley.
Les chansons sur 4 pistes de "sketches" sont prodigieuses et annoncaient un album gigantesque.
J'ai déprimé grave à sa mort.
J'ai eu la chance de le voir à l'Olympia.

Moi c'est cette chanson :


Revenir en haut
Diamond Duke


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2013
Messages: 159

MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 16:22 (2013)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day" Répondre en citant

Le vrai chef-d'oeuvre de Jeff Buckley, ce n'est pas "Grace", mais bel et bien "Sketeches for My Sweetheart the drunk", notamment et surtout le disque 2, les chansons enregistrées sur son 4 pistes à Memphis, peu avant son mort.

Je crois que la plupart des gens n'écoutent même pas ces chansons-là, ils les trouvent ingrates, mais elles sont fabuleuses.
"Murder Suicide Meteor Slave" est un truc complètement barré, hallucinant, digne de... "I am the Walrus" des Beatles.

La reprise de Genesis est insensée, elle aussi.

En fait, je connais une reprise de Jeff Buckley que personne ne connaît, elle n'est sur aucun disque, elle est très, très, très difficile à trouver... mais à mon avis, c'est l'un de ses morceaux les plus extraordinaires (en fait, il existe deux versions de cette reprise : l'une, on la trouve facilement, mais elle est plutôt médiocre... l'autre, introuvable, est d'une intensité inégalée).

Mais le plus incroyable, c'est que c'est une reprise d'un mec que Jeff Buckley admirait beaucoup, qui fut un génie de 1970 à 1978, mais qui, dès 1979, devint sans doute le pire des tâcherons : Elton John.
Elton John dont le meilleur album est, selon moi, "Madman Across the Water" : aussi flamboyant et subtile que "Hunky Dory".

Bref, à une radio quelconque, Jeff Buckley chante des chansons durant une heure ou deux, et un moment, il reprend deux chansons jumelées (ou enchaînées) d'Elton John, "We All Fall in Love Sometimes" et "Curtains" (que l'on trouve à la fin de "Captain Fantastic and the Brown Dirt Cowboy"... album sorti en 1975 que Jeff Buckley aimait énormément).

Les deux reprises, ça commence à la minute 17 de la vidéo.
Cela dit, c'est surtout la reprise de "Curtains" qui est incroyable (à la minute 23), même que le mec de la radio, juste après, reste bouche bée durant de longues secondes par le tour de force, et s'exclame "Wouaahhh !!"




En fait, c'est grâce à Jeff Buckley que j'ai découvert qu'Elton John avait été (il y a très, très longtemps) un artiste vraiment génial, pas aussi génial que Bowie, mais pas loin (pour l'anecdote, John Lennon, au début des années 70, s'était agenouillé devant Elton John en lui disant qu'il venait d'entendre le nouveau son des années 70... Par la suite, ils sont devenus très proches).

Cela dit, dès 1979, Elton John a sombré dans la nullité la plus absolue (et il n'en est jamais vraiment sorti)... mais il n'est pas le seul.
Tout à l'heure, j'ai regardé "Jack" de Francis Ford Coppola avec Robin Williams, c'est l'un des films les plus atrocement bêtes que j'ai jamais vu de ma vie : comment croire une seule seconde que le mec qui a commis ça a réalisé jadis "Apocalypse Now" ?

Démonstration du talent immense d'Elton John dans les années 70 (personnellement, je trouve ça aussi bouleversant que le "Oh You Pretty Things" de Bowie) :




J'avais aussi commencé à me poser quelques questions à propos d'Elton John, car dans la saisons 2 de "Nip/Tuck", lors d'une scène particulièrement émouvante où une femme se suicide avec des médocs parce qu'elle a un cancer incurable, on entend une chanson qui m'avait allumé le cerveau.
Putain, qui a fait cette superbe chanson ? Ce gros naze d'Elton John ?? Pas possible !!
Et pourtant, des chansons de cet acabit, il en a pondu un paquet dans les années 70.

Michkas Assayas, dans son dictionnaire du rock, disait même que la collaboration Elton John et Bernie Taupin était la seule que l'on pouvait comparer à celle de Paul McCartney et John Lennon.



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:50 (2016)    Sujet du message: Ca y est !!! Sortie de "The Next Day"

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Manofmusic Index du Forum -> David Bowie -> The Next Day Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 319, 20, 2123, 24, 25  >
Page 20 sur 25

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com